8 septembre 2017 – Tortues

La photo annoncée avait rassemblé plus des trois quarts des adhérents. C’est bien, compte tenu de la validité des motifs qui en ont empéché plusieurs. Un sincère merci à Monique qui a dû se lever bien avant le soleil pour ne pas retarder notre départ. Merci aussi aux présents qui pour diverses raisons ne pouvaient rouler aujourd’hui.

Cette sortie aurait pu s’intituler « sortie surprises ». La douzaine de tortues disponibles enfourchent leur vélo pour le circuit prévu allégé par les responsables. Allégé ne veut pas dire, dans le cas présents, sans difficultés. Nous pouvons en témoigner. Ainsi, Paule, Christine, Alain, Jean-Bernard, Thierry, André G, Gilbert, jeff, Joèl, René, Jean-Claude M, Michel rejoignent rapidement La Roche de Glun par la route classique, Beaumont, Les Goures, Pont de L’Isère. Les conversations vont bon train.

Au pied de la montée, les vétements, supportés jusque là, sont enfouis dans les sacs ou les sacoches. Les choses sérieuses commencent. Nous connaissons bien cette montée éprouvante … sauf Jeff qui la découvrait. Tellement captivé par le paysage, il ne sait pas aperçu du pourcentage. Tout étonné en arrivant à St Romain d’apprendre l’altitude . Ah! les jeunes ont souvent la tête ailleurs.

La premiere surprise nous attendait à St Romain. Une fausse tortue sans carapace, fraiche comme une rose épanouie, se moquait gentiment de nos mines défaites. Aprés le premier étonnement, nous fîmes connaissance: il s’agissait d’un lièvre égaré portant le nom de Marc. Appréhendant sa première sortie, , il était monté en douce à la fraiche. Notre compagnie ne lui déplaisant pas, il fit le reste du parcours avec nous. Il retrouvera probablement vite la mémoire pour se rappeler qii sont ses véritables équipiérs.

La deuxième surprise était le tronçon concocté par Paule ( ceux qui manquent d’idée peuvent la contacter…) . Aprés St Sylvestre, en direction du col de Mayres, prendre la première route à droite. Une vraie partie de plaisir sur le thême de « montagnes russes ».

Le temps passe vite, mais les kilomètres paraissent longs ( quand ça monte). Une véritable cure de montées et descentes… et pas du petit dénivelé! Finalement, nous nous sommes retrouvés sur la route départementale nous amenant à Plats.

Ici, on entendait quelques soupirs de soulagement. Le plus dur était fait. La douce descente sur Mauves effaçait les douleurs s’étant installées ici ou là et nous redonnait des ailes pour le reste. Plus de difficulté, un temps magnifique, une parfaite cohésion du groupe, la tranquillité de la Via Rhona, puis de la Voie Verte enflammaient notre joie de faire du vélo..

Au gymnase, il n’était pas encore midi, ce qui ne manquerait pas de faire plaisir aux cuisinières… à moins que, l’habitude prise, elles n’apprécient pas ce retour prématuré?

Michel