15 septembre 2017 – Lièvres

Aujourd’hui c’est la grande étape tant attendu du Vercors pour les lièvres et affiliés ! Le rendez vous était fixé ce vendredi à 7h15 sur le parking du gymnase pour covoiturer jusqu’à St Nazaire en Royans .Tout le monde est bien à l’heure .Il ne fait vraiment pas chaud ce qui n’augure rien de bon pour ce périple sur le Plateau .Les premières tortues et les premiers hérissons commencent à arriver sur le parking quand les voitures s’échappent.

Le démarrage à St Nazaire ne peut se faire sans le café offert par Marie et Jacques et la buche roulée de Marie (excellente …la buche !) Mais le froid aidant il faut partir car la journée s’annonce rude. Les manches longues sont de rigueur. Ce sont ainsi 11 coursiers qui s’élancent car le Vercors est porteur soit  Marie, Alain M.  , Dominique, Jacques, Jacky, Jean-François dit Jeff, Jean Luc, Maurice D, Michel, Pascal S. et Robert.

Le départ s’effectue à 8h15 par La Motte-Fanjas déserte, St Thomas en Royans désert aussi puis direction St Laurent en Royans en évitant St Jean. Le rythme est soutenu car chacun essaye de se réchauffer .Nous obliquons à droite à St Eulalie en Royans pour prendre la route des Goulets. Dominique enregistre 5° sur son compteur ! Nous passons les petits Goulets puis ce sont les grands lacets pour atteindre le tunnel .La vallée de la Vernaison en « carte postale » est somptueuse avec les premiers rayons du soleil qui chasse les brumes encore accrochées aux falaises .Le regroupement s’effectue à l’entrée du tunnel car il est prudent « d’encadrer » les vélos sans lumière. La traversée du tunnel n’est pas une partie de plaisir car il faut rouler en équilibriste sur la bande étroite (1mètre ?)comprise entre le trottoir et la bande rugueuse sous le bourdonnement assourdissant des véhicules ! Au débouché du tunnel c’est le soleil malgré 8° au compteur .Marie a des « soucis » avec un propriétaire hargneux…

Nous poursuivons en direction de St Martin en Vercors puis St Julien en Vercors en suivant le fond de cette vallée relevée. Tout est « calme, reposé » dans ces villages du « bout du monde » ! C’est enfin une première vraie descente pour rejoindre le pont de la Goule Noire. Dans les dernières gorges je me fais interpeller par un automobiliste qui se trouve être un copain de Paris en séjour dans le Vercors et qui m’a reconnu malgré mon accoutrement de cycliste. Décidément il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais ! Après le Pont la route des gorges de la Bourne se relève pour rejoindre Villard de Lans .Pour une fois chacun attendait cette remontée pour essayer de se réchauffer après les  « gelures » de la descente .Le passage dans les gorges est somptueux au plus prés de la Bourne. C’est enfin l’arrivée sur Villard de Lans et la photo souvenir. Il est 11h.

Il était prévu un arrêt sandwiches …mais une terrasse ensoleillée au nom champêtre de « la Marguerite »et un menu accrocheur auront vite fait de convaincre tout le monde de mettre les pieds sous la table .Le menu a largement tenu ses promesses et l’accueil était au top .A recommander ! Le temps reste toujours frais avec 12° .Le restaurateur a gratté son pare brise ce matin et nombre de cheminées fument déjà.

Il faut malgré tout se résigner à repartir en direction de Lans en Vercors. Sur les bas cotés des crocus mauves illuminent la rosée des prairies. A Lans nous prenons à gauche pour entamer la montée régulière du col de la Croix Perrin à 1218 m. C’est ensuite une grande descente sur Autrans ou nous croisons un groupe de femmes en ski à roulettes. La cuvette d’Autrans avec ses nombreuses vaches  aux couleurs très disparates est baignée de soleil, bien différente du blanc de l’hiver. Nous ne nous attardons pas car le fond de l’air reste très frais. Nous prenons la direction de Méaudre puis les gorges du Meaudret ou le regroupement s’effectue à l’intersection de la route des gorges de la Bourne. Chacun remet une peau et un coupe vent avant d’affronter la grande descente des gorges.

La descente s’effectue à un train plutôt soutenu avec des ralentissements dans les goulets .Au fur et à mesure de la descente la température s’élève et le plaisir de pédaler revient. Nous doublons Choranche puis  Pont en Royans avec ses nombreux touristes au déboulé des gorges puis Auberives en Royans. Sur notre lancée nous  arrivons sur la départementale de Grenoble et poursuivons sur St Nazaire ou nous retrouvons nos voitures.

Une aussi belle randonnée cycliste sous le soleil mais dans la froidure ne pouvait que se terminer derrière une bonne bière ! Petit plaisir de la vie où chacun est heureux de se retrouver.

Belle ballade de 103 kms avec 1550 m de dénivelé avec une moyenne d’un peu plus de  22 km/h.

Robert